AccueilContrats de travail › Les périodes d'essai

Les choses à savoir sur les périodes d'essai

fb

Ca y est, vous avez décroché un contrat et vous êtes embauché ! Que ça soit pour un CDI, un CDD ou un contrat saisonnier, vous serez confronté à l’épreuve de la période d’essai. Mais qu'est-ce qu'est une période d'essai, et comment cela marche ?

1. Qu'est-ce qu'est la période d'essai ?

C’est une période de "test" de quelques jours ou de quelques semaines, selon le type de contrat dans lequel, vous ou l’employeur peut le rompre à tout moment, mais avec certaines conditions.

La plupart des CDI, CDD et saisonnier ont une période d'essai, mais à quoi sert-elle ?

Elle permet à l'employeur d' "évaluer" les compétences du nouveau salarié et de savoir si il a choisi le bon candidat pour le poste ou non. S'il constate que le salarié ne répond pas aux attentes, il peut mettre fin au contrat avant la fin de la période d'essai, c'est-à-dire qu'il ne vous "garde pas", vous n'êtes pas "licencié".

Cette période permet aussi à l'employé de s'intégrer dans l'entreprise. S'il ne se sent pas capable de rester dans la firme pour des raisons relationnelles ou professionnelles, il peut lui aussi rompre la période avant que celle-ci ne se termine.

2. Les durées des périodes d'essai

Pour les CDD et les saisonniers

- 2 à 5 jours pour une mission intérimaire,
- 1 jour pour un CDD de 1 semaine,
- 2 jours pour un CDD de 2 semaines,
- 3 jours pour un CDD de 3 semaines,
- 4 jours pour un CDD de 4 semaines,
- 2 semaines pour un CDD de moins de 6 mois,
- 1 mois pour un CDD de plus de 6 mois.

Pour les CDI

- 2 mois pour les ouvriers et employés,
- 3 mois pour les agents de maîtrises et les techniciens,
- 4 mois pour les cadres.


Les délais cités ci-dessus sont les minimums légales. Pour connaître votre cas de figure, allez consulter votre contrat et lisez la rubrique "période d'essai", vous serez fixé.

3. Les prolongations des périodes d'essai

Un prolongement de période d’essaie peut être effectué seulement dans le cadre d'un CDI, mais avec les conditions suivantes.

La durée de la prolongation peut être égale ou inférieure à la période d’essai initiale et elle est renouvelable une seule fois. Seuls les employeurs peuvent décider de prolonger votre période, et vous avez le droit de la refuser. Si vous refusez, attendez-vous à ce que le patron rompt directement votre contrat.

La raison pour laquelle le boss choisit de prolonger la période d'essai est qu'il n'est pas totalement convaincu de vos compétences ou de votre travail et vous laisse une seconde chance pour que vous fassiez vos preuves. Profitez de cette prolongation pour lui demander ce que vous devez améliorer ou rectifier et écoutez-le attentivement. Après qu'il vous ait fourni ses explications, profitez de cette deuxième période pour mettre tout en œuvre vos compétences, et prouvez que votre place, c'est ce CDI.

L'employeur est dans l'obligation de vous informer de sa décision de renouveler la période d'essai avant la date de fin de la période d'essai initiale. Il devra vous faire signer un document qui s'appelle "Prolongation de la période d'essai" ou "Renouvellement de la période d'essai". Cette prolongation répond aux mêmes conditions que la période initiale, c'est-à-dire que lui ou vous pouvez rompre cette dite-période.

Les périodes d'essai

4. Les conditions de la rupture des périodes d'essai

Si vous ou votre employeur décidez de rompre la période d’essai, que cela veut dire ? Que vous quittez l’entreprise et que vous n’avez plus de travail. Les conditions de la rupture s'appliquent aussi bien sur les périodes d'essai initiales que sur les prolongations des périodes d'essai. Mais avant de quitter le poste, vous avez une période de préavis à respecter.

Durée de préavis en cas de rupture de période d’essaie par vous

- 24 heures de préavis pour une présence de 8 jours ou moins,
- 48 heures pour une présence de plus de 8 jours.


Vous pouvez la rompre sans motif, c'est-à-dire que vous n'êtes pas dans l'obligation de fournir la raison de votre rupture de contrat.

Durée de préavis en cas de rupture de période d’essai par l'employeur

- 24 heures de préavis pour une présence de moins de 8 jours,
- 48 heures de préavis pour une présence entre 8 jours et 1 mois,
- 2 semaines de préavis pour une présence entre 1 et 3 mois,
- 1 mois de préavis pour une présence de plus de 3 mois.

L’employeur peut rompre le contrat si votre travail ne lui satisfait pas, parce que, selon lui, vous pouvez être trop lent ou vos compétences sont insuffisants. Dans des cas plus rares, mais ça peut toujours arriver, le boss peut rompre pour un motif discriminatoire, on appelle ça une "rupture de période d’essaie abusive", et vous pouvez porter plainte aux Prud'Hommes avec preuves à l'appui.


Veillez à bien respecter ces délais de préavis au risque que l'employeur vous licencie pour faute grave. Si en revanche, ce dernier vous laisse partir avant la date de fin de préavis, il vous doit verser les indemnités comme si vous avez effectué et respecté le délai jusqu'à la date de fin établi par la loi.

5. La validation de votre période d'essai

Une fois la date de fin de période d'essai ou de fin de prolongation de période d'essai passée et que vous êtes toujours dans l'entreprise, vous êtes embauché ! Le patron n'a pas comme obligation de vous informer ou de vous faire signer un document pour valider votre contrat. Il n'a pas besoin non plus de vous faire signer un deuxième CDI pour confirmer que vous êtes bien intégré dans l'entreprise, le CDI initial avec la date de fin de période d'essai suffit. Suffit juste de connaître ces dates pour vous féliciter d'être embauché. Ci-dessous, un exemple :

Calendrier pour les périodes d'essai

⇒ en rouge : Période d'essai initiale
⇒ en bleu : Prolongation de la période d'essai (s'il y en a une)

Imaginons, si nous nous appuyons sur le calendrier ci-dessus, vous devez effectuer une période d'essai de deux mois et elle commence le 5 janvier, la période se terminera le 5 mars. S'il y a prolongation, le patron se doit de vous faire signer le renouvellement de période d'essai AVANT la fin de la période initiale, c'est-à-dire avant le 5 mars pour se prolonger AU PLUS TARD jusqu'au 5 mai.

Si pas de prolongation et que vous êtes toujours dans l'entreprise le 6 mars, vous êtes embauché et vous n'avez pas de prolongation. Si prolongation, le 6 mai, vous êtes toujours à votre poste, vous êtes embauché en CDI. Si vous êtes embauché, félicitations, vous pouvez faire péter le Champomy !

Si en revanche, vous n'êtes pas gardé lors de la période d'essai, ne soyez pas déçu. Au contraire, profitez d'un entretien avec le recruteur pour lui demander la raison pour laquelle il n'a pas souhaité vous garder et une fois la réponse obtenue, réfléchissez sur le pourquoi du comment. Cette mauvaise expérience peut être un atout pour l'avenir et vous gagnerez en maturité.

fb

Vous avez aimé cet article ?

Contrat de travail - tutolife

Demission - tutolife

Licenciement - tutolife

Conges payes - tutolife

Conges maternite - tutolife

Organisation papiers - tutolife

Bulletin - tutolife

Les périodes d'essai

Dernière vidéo en ligne

video tutolife


Abonnez-vous sur la chaîne YouTube de TutoLife en cliquant sur le lien ci-dessous

chaîne youtube de tutolife

Likez aussi la page facebook pour suivre toute l'actualité

page facebook de tutolife

Les autres articles

Contrat de travail - tutolife

Periode d'essai - tutolife

Demission - tutolife

Licenciement - tutolife

Conges payes - tutolife

Conges mat - tutolife

Organisation papiers - tutolife

Bulletin - tutolife

Catégories YT | Plan du site | Mentions légales | CGV | Contact | © 2019 TutoLife

page facebook de tutolife       chaîne youtube de tutolife